Willy Demeyer: "Ma vision de Liège dans 20 ans"

Publié le 24 Mars 2013

Willy Demeyer: "Ma vision de Liège dans 20 ans"

Willy Demeyer veut passer à la vitesse supérieure pour lancer un vaste plan de développement de la Cité ardente. Communauté urbaine, mobilité, sécurité, enseignement : tout y passe. Pour le bourgmestre PS Willy Demeyer, la région liégeoise, "la seule à exister par elle-même", doit profiter de la période actuelle qui est un moment clé entre deux élections, les communales d’octobre 2012 et le grand scrutin de 2014, "pour orienter son redéploiement." Cet objectif qu’il a pour Liège à l’horizon 2035 se décline en plusieurs points.

Primo, redonner vie à la Principauté de Liège. Mais sous une forme plus restreinte bien sûr, qui se calquerait plus sur l’arrondissement de Liège pour former une Communauté urbaine "Cela doit devenir une entité propre, avec un président, des adjoints et un parlement. Les 24 communes de l’arrondissement de Liège doivent se grouper pour devenir une entité autonome, avec des élus directs. Mais il faut trouver la bonne formule pour ne pas que ça soit une couche institutionnelle supplémentaire", confie Willy Demeyer. Communauté urbaine qui s’articulerait autour de trois axes: la mobilité, l’enseignement et la culture.

Mobilité

La mobilité, justement, est l’un des pions majeurs de cette Communauté urbaine. Et déjà, il faudra vite prolonger le tracé de la ligne de tram pour qu’elle soit complète sur l’axe Seraing-Liège-Herstal. Il en faudra une seconde, qui fasse « la croix » en allant de Fléron à Ans. Mais ce n’est pas tout. Celui qui est aussi vice-président du Sénat souhaite un R.E.L. (Réseau express liégeois) quadrillant l’ensemble de l’arrondissement, voire même de la province. "Le réseau R.E.L. doit devenir le transport structurant de la Communauté urbaine autour duquel tout le reste s’articulera. La mobilité est essentielle. La région liégeoise mise sur la logistique pour assurer son redéploiement économique. Via l’aéroport de Bierset, le Port autonome de Liège, ses réseaux autoroutiers et ferroviaires et la future plateforme multimodale du Trilogiport, qui créera 2.000 emplois."

Mais la Cité ardente en elle-même va aussi subir de nombreuses transformations. "Au niveau de la Ville de Liège, je veux que tout le cœur historique devienne uniquement piétonnier. Il y aura aussi une réduction drastique des voitures en surface. Y compris pour les riverains. La voiture ne sera pas bannie mais les parkings souterrains se multiplieront, pour les visiteurs comme pour les habitants. Tous les bus devront être électriques. Les RAVeL se multiplieront", détaille le bourgmestre liégeois.

Tout l'enseignement supérieur géré par l'ULg

Au niveau de l’enseignement, c’est carrément une petite révolution que souhaite Willy Demeyer. "A terme, il faut que tout l’enseignement supérieur soit géré par l’Université de Liège. Les bassins d’enseignement sont essentiels à notre développement, à notre savoir. L’ULg est une université complète et reconnue. Elle commence à revenir dans le centre-ville, ce qui est très bien. Elle doit être la coupole qui gère tous les établissements de l’enseignement supérieur. Ainsi, l’ULg deviendra une véritable grande université mondiale."

Le niveau culturel n'est pas délaissé par le majeur, qui souhaite carrément que Liège, via le futur CIAC (Centre international d'Art et de la Culture) notamment, noue des partenariats avec les plus prestigieux musées de ce monde, "comme le British Museum".

Une grande police métropolitaine

Quant à l’aspect sécuritaire, il n’est pas négligé par le socialiste liégeois. "Ici à Liège, nous avons créé le PAB (peloton anti-banditisme, N.D.L.R.). Ce sont un peu nos unités d’élite, bien équipées et qui interviennent rapidement. Seraing, Herstal et Flémalle ont le leur aussi et les services collaborent déjà. Mais il faut que cette unité d’élite puisse intervenir à l’échelle de la future communauté urbaine. Ce qui devra déboucher sur une intégration des policiers pour former une grande police métropolitaine liégeoise."

Dernier point : le bourgmestre veut deux clubs de football en D1, le Standard qui ne la quittera pas et enfin le Royal Football Club Liégeois qui sera remonté et aura son propre stade, "et à Rocourt", précise-t-il.

Le futur politique

Enfin, quand on lui demande qui il voit pour diriger cette région liégeoise dans l’avenir ? Il répond : "Pour le Parti socialiste, je vois deux duos. Il y a Alain Mathot et Frédéric Daerden. Ils sont jeunes et sont en plus bourgmestres de deux grosses villes qui entourent Liège. Au niveau des femmes, nous pouvons entre autres compter sur Julie Fernandez Fernandez ou encore Christie Morréale." Mais il voit aussi quelques talents dans les autres formations: "Gilles Foret va prendre de plus en plus d’ampleur au MR, c’est certain. Au cdH, j’attends de mieux connaître Anne Delvaux. Elle vient d’être élue ici au conseil, mais j’attends de voir un peu son action."

Photo: Willy Demeyer devant le Perron, place du Marché. (Crédit: Thomas Van Ass)

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Politique, #PS, #Liège

Commenter cet article

Citoyen 28/03/2013 20:42

C'est formidable vive Willy Ier !!

Tout ceci 14 ans seulement après avoir accédé au pouvoir...

En fait il a juste pris le temps de bien étudier tous les dossiers en profondeur, et maintenant il va s'y mettre.
allez, donnons lui encore 14 ans :-)