Valérie Maes (PS) dans "Parlons politique": "Je souhaite devenir la première femme bourgmestre de Saint-Nicolas"

Publié le 18 Mars 2013

Valérie Maes (PS) dans "Parlons politique": "Je souhaite devenir la première femme bourgmestre de Saint-Nicolas"

La Meuse a lancé sa nouvelle rubrique du lundi: "Parlons politique". Chaque semaine, une personnalité politique fera l’actualité, politique elle aussi, dans le quotidien liégeois. Première invitée: Valérie Maes, Première échevine socialiste à Saint-Nicolas. Sa politique, la situation du PS saint-niclausien, le cas Birol, les relations avec le bourgmestre Jacques Heleven, ses ambitions pour 2014, tout y passe. Interview.

Vous avez failli devenir bourgmestre en octobre dernier, à quelques voix près, alors que vous étiez seconde sur la liste. Une déception?

Il est clair que quand on mène une bonne campagne et qu’on voit qu’on rate le mayorat pour 200-250 voix, on se dit "zut". Mais bon, j’ai quand même, à titre personnel, quadruplé mon score, et je suis Première échevine, donc ce n’est pas si mal.

L’écharpe mayorale, justement, c’est votre objectif politique nº1?

Un jour, j’aspire à être bourgmestre. Il n’y a jamais eu de femme bourgmestre à Saint-Nicolas. Cela serait bien que je sois la première… Mais ce n’est pas non plus une obsession à tout prix.

On sait que vous avez mené campagne avec deux autres colistiers. Jacques Heleven a, lui, paru assez esseulé. Quelles sont vos relations avec lui?

C’est clair que nous n’avons pas fait une campagne commune. Certains ont vu là des clans. Mais je crois que ça, c’est partout. Dans toutes les listes, il y a des gens qui ont plus d’affinités entre eux. Maintenant, il est certain que c’était plus une campagne de candidats…

En 2014 aura lieu le maxi-scrutin. Vous souhaitez être sur une liste?

Si la Fédé me demande de poser ma candidature, je le ferai volontiers. Après, peu importe la liste. Et si je me faisais élire comme députée, quitter Saint-Nicolas serait vraiment difficile pour moi. Mais d’un autre côté, cela ne se refuse pas. Si je suis élue, j’accepterai le poste.

Le PS de Saint-Nicolas est toujours sous tutelle... A quoi cela est-il dû et quand cette tutelle sera-t-elle levée?

Quand la fédé le décidera…

Mais qu’est-ce qui l’en empêche?

C’est la personne qui est proposée à la présidence des Habitations sociales (Birol Cokgezen, N.D.L.R.). Mais je ne suis qu’un acteur indirect dans ce dossier et je peux vous l’assurer: jamais on ne m’a demandé mon avis là-dessus. Maintenant, il est clair qu’accorder sa confiance à quelqu’un alors qu’on ne l’a pas fait à la mi-2011, c’est un peu compliqué...

Valérie Maes lors de l'interview pour "Parlons politique", au Château de Saint-Nicolas. Crédit: Sophie Kip

Valérie Maes lors de l'interview pour "Parlons politique", au Château de Saint-Nicolas. Crédit: Sophie Kip

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Politique, #PS

Commenter cet article