Tout le gratin politique du pays à Liège pour fêter Jean-Pierre Grafé, nouveau Citoyen d'honneur de la Cité ardente

Publié le 19 Février 2013

Tout le gratin politique du pays à Liège pour fêter Jean-Pierre Grafé, nouveau Citoyen d'honneur de la Cité ardente

Jean-Pierre Grafé, c'est plus d'un demi-siècle de politique. Un monstre sacré, un dinosaure comme on n'en fait plus, un bourreau de travail. De 1958, date de sa première élection comme conseiller communal à Liège, à 2012, où il a officiellement cédé le flambeau, Jean-Pierre Grafé a occupé des fonctions politiques de premier plan et ce, à tous les niveaux de pouvoir. Avec une préoccupation qui n'a cessé d'être la même: le Pays de Liège. Lundi soir, le gratin politique de pays s'est réuni à la Violette en son honneur.

Elio Di Rupo, Joëlle Milquet, Jean-Pascal Labille, Willy Demeyer, Marie-Dominique Simonet, Anne Delvaux, Christine Defraigne, Jean-Claude Marcourt, Michel Foret, Melchior Wathelet... Ce ne sont que quelques noms des hommes et des femmes politiques, de tous bords, qui s'étaient déplacés en Cité ardente lundi soir. Pour une seule personne: Jean-Pierre Grafé. La Ville de Liège avait tenu à lui consacrer une fête spécifique, ce fut une réussite. Les trois intervenants, à savoir Willy Demeyer, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet, n'ont cessé de vanter l'action de l'octogénaire.

Le Premier ministre utilisera tout d'abord le ton de l'humour: "Avec Jean-Pierre, rien n'était trop beau ni trop cher pour Liège. D'ailleurs, j'en ai pris l'exemple. [...] Je me permets de souligner que c'est toujours un plaisir d'être à Liège, que ce soit ici (à la Violette, N.D.L.R.) ou dans le Carré.' Avant d'adopter un ton plus solennel: "Nous avons souffert ensemble, Jean-Pierre. A la fois de la kabbale et de la lâcheté. Je ne m'étendrai pas plus longuement là-dessus. Mais heureusement, la vérité a triomphé."

Joëlle Milquet a, pour sa part, eu un petit mot pour l'addiction de Jean-Pierre Grafé à ses fameuses cigarettes Johnson. "La décision que j'ai prise et qui fut la plus dure pour lui était sans doute celle d'interdir de fumer pendant le bureau de parti!"

C'est le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, qui a terminé la série des discours avant de laisser la parole à Jean-Pierre Grafé. Le mayeur lui a décerné le titre de Citoyen d'honneur de la Ville de Liège.

L'intéressé, ému, s'est alors exprimé: "Je ne vous cacherai pas ma réelle émotion, mais pour la maîtriser, j'ai rédigé un texte, sachant par expérience que les meilleures improvisations sont celles qui ont été le mieux préparées. [...] C'est un privilège de pouvoir entendre semblables éloges de son vivant. En général, ils sont réservés au jour de ses funérailles.Vous auriez, peut-être, du conserver quelques munitions en stock pour cette échéance!" Logiquement, Jean-Pierre Grafé a fait allusion à la période du fameux triumvirat qu'il formait avec le socialiste André Cools et le libéral Jean Gol. "Avec André Cools et Jean Gol, transcendant nos divergences, nous faisions un front commun pour défendre et promouvoir, ensemble et sans faille, les intérêts supérieurs du Pays de Liège. La réussite a toujours été le résultat de l'union des forces vives!" Un message pour les politiques liégeois actuels...

Qu'on partage ou non ses idées politiques, un seul constat s'impose: un GRAND monsieur de la politique liégeoise tire sa révérence.

Photo: le bourgmestre Willy Demeyer, le Premier ministre Elio Di Rupo et Jean-Pierre Grafé. (Crédit: Sophie Kip)

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Politique, #cdH, #Liège

Commenter cet article

Gas Infopol 20/02/2013 17:01

Quelques photos de la soirée, prise par Sophie Kip, sur la page Facebook d'Infopol.

http://www.facebook.com/#!/media/set/?set=a.106106416241919.11144.100005276829435&type=1