Raoul Hedebouw : "Les références historiques du PTB doivent changer"

Publié le 10 Janvier 2013

Raoul Hedebouw : "Les références historiques du PTB doivent changer"

Pour sa première interview politique, Infopol a interrogé Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB+ et conseiller communal à Liège. La percée de son parti dans le bassin liégeois, les attaques de la part du PS, les références à Staline et Mao, tout y passe. Sans langue de bois.

- M. Hedebouw, suite aux bons résultats du PTB+ dans le bassin liégeois, vous subissez encore plus de critiques de la part du Parti socialiste. Comment réagissez-vous à cela?

"J'ai constaté deux types de réactions au PS. Il y a tout d'abord un courant intéressant chez certains qui voient notre montée en puissance comme une occasion de remettre leur politique actuelle en question. Je pense par exemple ici à Philippe Moureaux qui a déclaré plusieurs fois que le PS devait se démarquer de l'action du Gouvernement en étant plus à gauche. A contrario, d'autres cherchent tout simplement à nier nos excellents résultats et veulent uniquement nous discréditer. Je vise ici Alain Mathot, mais aussi Willy Demeyer ou encore Jean-Claude Marcourt."

- Lors des séances au conseil communal de Seraing, par exemple, tous les partis font feu contre le PTB. Or, seul le PS dirige. Est-ce paradoxal?

"Le PTB est devenu, dans la Cité du Fer, le second parti, en l'espace d'une élection. D'ailleurs, nous sommes les leaders de l'opposition! Je comprends que cela crispe certains. Mais je demande alors aux autres partis de l'opposition sérésienne ce qu'ils veulent! Soit ils veulent former avec nous une opposition constructive, même si chaque parti a ses caractéristiques, soit ils se rangent clairement derrière Alain Mathot."

- Dans le livre « Le Parti de la révolution », le manuel qui sert de référence théorique aux cadres du PTB, Staline et Mao sont décrits comme des modèles à suivre. C'est paradoxal quand le PTB prône un socialisme du 21ème siècle et que l'on connaît l'histoire de ces deux personnages...

"Tout d'abord, je précise qu'il ne s'agit pas ici de nos statuts. Je peux vous le garantir, d'ailleurs tout le monde peut les consulter, que ni Mao ni Staline n'y figurent. Le principe du livre dont vous parlez était de voir un peu comment rester un parti de principes dans la gestion de nos cadres. On a toujours dit que nous n'étions pas un parti comme les autres et nous assumons! Mais il est évident que le débat quant à l'analyse de notre doctrine doit continuer..."

- Cela veut-il dire concrètement que vous, Raoul Hedebouw, plaidez pour une suppression de toute référence à ces personnages historiques pour le moins controversés?

" Nous voulons garder notre ligne marxiste, soyons clairs. Mais nous allons avoir un grand congrès prochainement et, je peux le garantir, il y aura une mise à jour de nos statuts. Nous voulons un débat pour les faire évoluer. Et la question des références historiques doit être aussi abordée et changée."

- Vous espérez ainsi ne plus donner de grain à moudre à vos adversaires?

"Nous voulons évoluer, c'est tout. D'ailleurs, je pense qu'il faut regarder l'Histoire de manière globale. Certains se permettent de faire des choses avec le PTB que nous ne ferions jamais! Il ne me traverserait jamais l'esprit de reprocher à Willy Demeyer que son prédécesseur socialiste Joseph Bologne a scrupuleusement exécuté les ordonnances anti-juives et anti-communistes promulguées par l’occupant nazi! Donc, comme je le dis toujours, l'Histoire est beaucoup plus compliquée qu'on ne le pense. Ce qui ne doit, par contre, pas nous empêcher de nous remettre en question."

Photo: Raoul Hedebouw au soir des élections communales le 14 octobre 2012, à Liège (Crédit: Sophie Kip)

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Politique, #PTB

Commenter cet article