Marcourt, le vrai boss du PS liégeois

Publié le 18 Janvier 2013

Le grand chambardement a donc -enfin- eu lieu au PS. Exit Giet à la présidence ff du parti, place à Paul Magnette. Ce dernier n'hérite pas de ces deux lettres qui ont causé tellement de problèmes au Sprimontois durant son année de présidence. Cette fois, on parle d'un président jusqu'à la fin de la législature. Bref, le constat reste le même, on garde une place bien au chaud pour Di Rupo, qui reste plus que jamais celui qui dirige le PS. Désormais, le parti sera representé par quelqu'un de plus charismatique, de plus emblématique. Mais la réelle surprise vient de Jean-Pascal Labille, promu ministre fédéral en lieu et place du même Magnette. Le "chef" des Mutualités socialistes prend du galon. Mais sa nomination porte l'empreinte du ministre wallon Jean-Claude Marcourt. Il est clair que l'influence de ce dernier au sein du Parti socialiste en général, mais aussi au sein même de l'importante fédération liégeoise du PS, ne cesse de croître.

 
Ce n'est pas un secret: Jean-Pascal Labille est considéré comme proche de Jean-Claude Marcourt. Primo, ils ont suivi un parcours assez semblable, dans l'ombre des "pointures". Michel Daerden pour l'un, Guy Mathot et Laurette Onkelinx pour l'autre. Mais Jean-Pascal Labille s'est par la suite détourné de l'ex-baron ansois pour rejoindre l'axe Demeyer-Marcourt au sein du PS liégeois. Secundo, rappelez-vous l'année passée et le fameux "Groupe W". Ce groupe de réflexion informel sur le régionalisme était articulé autour de Jean-Claude Marcourt. Et qui retrouvait-on à ses côtés? Jean-Pascal Labille justement! Au même titre que le syndicaliste Thierry Bodson ou encore le recteur de l'ULg Bernard Rentier. 
 
Bref, vous l'aurez compris: la nomination, même si la période est assez courte, de Labille au Fédéral n'est pas le fruit du hasard. Non, c'est la marque de la patte Marcourt. Sachant que Magnette allait remplacer Giet, il était tout bonnement impensable qu'il n'y ait aucune compensation pour Liège. En effet, la plus puissante fédération du Parti socialiste n'a jamais été autant sous-représentée dans les différents niveaux de pourvoir du pays. Idem au sein du parti. Et sans Thierry Giet, même si son rôle était plus que limité, le seul poste politique significatif occupé par un Liégeois était le portefeuille de l'économie wallonne. Portefeuille détenu par Jean-Claude Marcourt, justement.
 
Les Liégeois devaient donc mettre en place leur lobbying. Mais encore fallait-il s'accorder sur un candidat. Et le fait que Labille ait émergé est donc incontestablement le signe que la volonté de Marcourt a été entendue. Willy Demeyer, peu partisan des confrontations, s'est rangé derrière l'avis de son collègue. Même si, en public, on nous dira certainement que cette décision fut unanime et voulue par tous.
 
Jean-Claude Marcourt est donc quelqu'un de plus en plus influent. Autre signe marquant de sa volonté de vouloir "prendre la main" sur le Parti en Cité ardente: son poste de chef de groupe au sein du conseil communal de Liège. D'ailleurs, au sein des milieux bien informés comme on dit, il a largement pesé dans la mise en place de la coalition PS-cdH aux manettes dans la Cité des Princes-Évêques.
 
Au sein de fameux "Club des Cinq" de la Fédé, l'entente repose sur de subtils équilibres. Mais avec un André Gilles cantonné à la Province, un Stéphane Moreau aux intercos, un Alain Mathot sous le coup d'une inculpation judiciaire et un Willy Demeyer peu adepte des "clashs" malgré son poste officiel de président de cette Fédé, la place prise par Jean-Claude Marcourt ne cesse de prendre de l'ampleur. De là à dire que chaque décision de la Fédé du PS liégeois nécessite son consentement, il y a un pas qui, désormais, est facile à franchir.
 
Et sauf débâcle électorale du PS en 2014 ou un rejet dans l'opposition, il y a fort à parier que Jean-Claude Marcourt prenne du galon au sein de l'exécutif régional pour endosser le costume de Ministre-Président de la Wallonie.
 
 
Jean-Claude Marcourt.

Jean-Claude Marcourt.

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Politique, #PS, #Liège

Commenter cet article