Liège: quand le MR tire à boulets bleus sur la déclaration de politique générale

Publié le 28 Février 2013

Liège: quand le MR tire à boulets bleus sur la déclaration de politique générale

Les débats furent houleux lundi soir lors du conseil communal de la Cité ardente. Les différents groupes politiques de l'assemblée avaient ainsi l'occasion de s'exprimer sur le document de 25 pages que leur a fourni le collège. ce document est en fait la déclaration de politique générale (DPG) version "light", puisque la "vraie" ne sera complètement faite et votée qu'en juin. Du coup, les chefs des quatre groupes de l'opposition n'ont pas manqué d'exprimer leurs critiques par rapport à ce document.

Première à ouvrir le feu: Christine Defraigne, au nom du groupe libéral. "Ce sont 25 pages de vide, d’intentions, d’imprécisions, de flou et de bla-bla. Ce n’est pas une surprise. Nous avons voté le 14 octobre et depuis, plus rien : 5 mois de surplace. Le collège est amorphe, atone, anémique, asthénique et apathique. Il est K.O debout depuis l’échec cuisant de Liège 2017 dont on ne trouve d’ailleurs plus de trace. Pas un mot sur les caméras de surveillance, pas un mot sur la lutte contre la prostitution et à peine plus sur la lutte contre la drogue. Le Collège a, en outre, piqué quelques idées dans le programme du MR liégeois mais il aurait pu présenter les propositions concrètes, nous en formulons, notamment pour la propreté. 12 projets dits "prioritaires" dont 5 déjà inscrits dans la déclaration de 2006 : l’inaction permet de resservir les plats tous les 6 ans. À Liège, la majorité a l’encéphalogramme plat et j’ai la furieuse impression qu’elle est en état de mort clinique." Pas tendre la cheffe de groupe au terme d'une intervention qui aura tout de même duré, au total, 17 minutes!

Chez les Verts, c'est Guy Krettels qui a pris la parole aqui a déploré que "quatre mois après les élections, on était en droit de s'attendre à bien mieux car là, c'est un peu un train de sénateur qui nous est proposés." Et l'écologiste de souligner qu'une priorité réelle devait être donnée au social. Point sur lequel le rejoint d'ailleur François Schreuer de Vega.

Raoul Hedebouw, au nom du PTB+, souhaite pour sa part que la Ville aille plus loin encore dans le domaine du social, justement. Et de formuler, en ce sens, une proposition concrète: "Pourquoi la Ville ne crée-t-elle pas une société de constructions publique? Cela existe à l'étranger, notamment en Allemagne. Elle s'autofinancerait d'ailleurs par la vente et la location de ses constructions. Liège pourrait être la première en Belgique à appliquer ce système!"

Lors des répliques, plusieurs conseiller libéraux ont à nouveau sollicité la parole. Ce fut ainsi le cas de Gilles Foret, Diana Nikolic, Elisabeth Fraipont ou encore Pierre Gilissen. Tous répétaient en soi le même message: le regret que tout soit minuté et que, du coup, les débats étaient cadenassés. Peut-être aurait-il cependant fallu qu'ils coordonnent leurs repliques car ce sont les seuls qui ont -autant- réclamé la parole après les interventions des chefs de groupes. Ce qui engendrait de facto une certaine répétition des propos.

Au final, l’opposition, tous partis confondus, ne s’est donc pas montrée tendre vis-à-vis du collège PS-CDH et de sa DPG. Spécialement le MR, qui a fait feu de tout bois.

Liège: quand le MR tire à boulets bleus sur la déclaration de politique générale

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #Liège, #PS, #MR, #PTB, #Ecolo, #Vega, #Politique

Commenter cet article

Michel 28/02/2013 12:29

Il est bien regrettable cependant que le nouveau règlement d'ordre intérieur n'ait pas permis à tous les conseillers, comme jadis, de s'exprimer longuement sur le sujet. Cela aurait encore été plus cinglant !

Limiter les prises de parole par groupe à 30 minutes sur une déclaration de politique générale qui engage la ville pour 6 ans, ce n'est pas très glorieux de la part du Collège, Bourgmestre en tête.