Les élus liégeois reversent entre 5 et 100% de leurs jetons de présence à leur parti

Publié le 6 Février 2013

Alors que les nouveaux conseillers communaux ont commencé à toucher leurs jetons de présence pour les conseils communaux et les diverses commissions, ils doivent tous, du moins ceux affiliés à un parti, reverser un certain pourcentage à leur formation politique. En Cité ardente, six partis sont représentés au conseil communal: PS, MR, cdH, Ecolo, PTB+ et Vega. Il y a de très grosses variations entre les différentes formations quant au pourcentage que les élus leur reversent.

Au PS, "les élus doivent reverser environ 10% à leur parti", confie le conseiller communal Hassan Bousetta, également sénateur. Même son de cloche du côté du Mouvement réformateur. "Mais en année électorale, nous versons tous une cotisation supplémentaire", confie Fabrice Drèze, conseiller communal libéral en Cité ardente.

"45% de nos jetons de présence sont reversés à Ecolo", explique pour sa part la cheffe de groupe des Verts Bénédicte Heindrichs. C'est quasiment la même chose du côté de Vega (Verts et à gauche) puisque François Schreuer, seul élu de Vega, donne 50% à sa formation.

La palme revient au PTB+ qui ne fait pas dans la dentelle: la totalité des jetons de présence, aussi bien au conseil qu'en commission, est reversée au parti. "Nous estimons que ce mandat a été obtenu grâce au collectif", précise Raoul Hedebouw.

C'est au Centre démocrate humaniste que le pourcentage est le moindre: 5%. "Nous reversons 5% du brut total, conseil+commissions. C'est une norme fixée par le cdH pour l'ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles", confie Michel de Lamotte pour le cdH.

La "fiche de paie" du conseiller communal liégeois Raoul Hedebouw (PTB+) pour le mois de décembre 2012.

La "fiche de paie" du conseiller communal liégeois Raoul Hedebouw (PTB+) pour le mois de décembre 2012.

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #PS, #MR, #PTB, #Vega, #Liège, #Politique, #Ecolo

Commenter cet article

Maus jennifer 08/02/2013 10:34

Personnellement, je ne vois pas de différence entre un conseiller qui touche directement ses jetons de présence (quand il est présent, c'est le principe !) et finance personnellement sa campagne et les frais liés à l'exercice de son mandat et un conseiller qui reverse ses jetons à son parti sachant que son parti financera sa campagne et ses dépenses...
En revanche, je serais curieuse de savoir si les maisons médicales du ptb reçoivent des subsides des pouvoirs publics. Au vu de l'utilisation politique qui est faite de celles-ci, ça me parait intéressant comme question...

François Schreuer 07/02/2013 23:39

Merci pour la synthèse.

Ça vaudrait la peine de mettre en balance le travail que ça représente (une semaine complète par mois, à première vue) et les frais que ça engendre.

Il vaut aussi la peine de signaler que certains sont par ailleurs rémunérés à temps plein pour faire de la politique (et notamment 5 chefs de groupe sur les 6) et d'autres pas, que certains partis bénéficient du financement publics et d'autres pas. Cela n'a rien d'illégitime, mais ça ne nous place pas tous dans des conditions comparables.

Michel 07/02/2013 10:49

Il est clair que la confrontation des idées est une bonne chose et les échanges, que je ne qualifierai pas de clash, sur Twitter en sont un bon exemple.
Cependant, ne tombons pas dans l'angélisme du PTB et de son porte-parole. Dans toutes ses communications il y a une volonté un peu populiste de remettre "naïvement" en cause ce qu'il qualifie de "système".
Le montant du jeton de présence d'un conseiller communal est public. Il est adopté en séance publique du conseil communal et c'est normal. Le citoyen doit savoir ce que l'élu obtient comme rémunération. Celle-ci est d'ailleurs déclarée annuellement, au même titre que les mandats, auprès du Greffe de la Cour des Comptes.
Ce qui ne va pas c'est faire croire, sous-entendre peut-être, un quelconque enrichissement des élus. Comme certains (tous sauf le PTB...) ne reversent pas leurs jetons de présence - car il s'agit bien de jetons de présence - au parti, ils s'enrichiraient sur le dos de la collectivité. C'est honteux.
Ce que Raoul oublie de dire, c'est qu'en versant ses jetons au parti, il n'est donc pas soumis à l'IPP auxquels sont soumis les conseillers comme tout travailleur.
Il oublie aussi de préciser que tous ses frais sont pris en charge par son parti et que même la campagne l'est, ce qui n'est pas le cas dans d'autres partis.
Voilà ce qui a fait réagir certains libéraux, la volonté de retranscrire la réalité et la vérité déjà trop souvent battue en brèche par les éternels antipolitiques. Non, un mandat de conseiller communal n’enrichit pas son détenteur. Les revenus – fiscalisés – servent à couvrir les frais exposés tout au long du mandat et lors des campagnes électorales.

Gaspard 07/02/2013 10:20

L'article ci-dessus a donné lieu à de vifs échanges sur Twitter entre l'axe MR Michel Péter/J.-M. Galand VS. Raoul Hedebouw. J'avoue ne pas bien saisir l'objet de ce clash. Je vais donc donner mon point-de-vue en quelques points synthétiques:
1. Personne, dans le débat, n'a raison ou tort! Chaque parti a ses règles quant au pourcentage que les élus doivent reverser à leur formation. Que ce soit 10, 45 ou 100%, peu importe. Chaque parti a son argumentation et elle est défendable.
2. Toute rémunération d'un élu démocratique mérite une publicité. et si les élus ne le font pas spontanément, c'est le rôle de la presse, sans tomber dans le côté "scandaleux" de la chose, car tout travail mérite salaire. D'ailleurs, ci-dessus, le but est simplement de faire connaître comment un élu contribue, à son niveau, au financement de son parti.
3. Jugeons les faits et non les intentions ou les sous-entendus.
4. In fine, ces échanges sont positifs pour le débat démocratique entre les différentes formations politiques. La confrontation des idées est, dans notre société, une bonne chose.

Sébastien J. 18/02/2013 17:27

C'est attaque contre le PTB est infondée, c'est un partis communiste il est logique qu'il agisse comme tel il me semble.

Jean-Marc 07/02/2013 11:41

Bonjour Gaspard, pour être clair, ce n'est pas l'article qui m'a fait, moi, réagir : c'est, surtout, la manière dont Raoul Hedebouw communique sur ce sujet. Et comme cette manière, c'est un peu sa signature, cela a commencé à m'énerver. D'où les réactions à ton tweet, et d'où le petit billet que j'ai écrit.
Ce qui m'indigne, c'est le signal, "regardez comme nous sommes purs, comme nous sommes bons, nous reversons l'ensemble de nos jetons au parti". L'idée derrière cela est claire : décrédibiliser l'ensemble des autres, pour qui participer au CC, se serait donc, en gros, "toucher les jetons".
Là où je suis d'accord, et c'est là où ton article apporte un éclairage intéressant au contraire des harangues du PTB, c'est que connaître ce que gagne un élu, et le cas échéant ce qu'il gagne "pour lui" de par cette participation, est important !
Jugeons les faits...et écrivons-les : c'est aussi, dans ce cas, dire très clairement que Raoul Hedebouw, par exemple, est salarié par son parti (qui ne touche pas de dotation puisqu'il n'a pas de représentation parlementaire). Ce n'est pas neutre ! Cette information, à ce stade, manque dans ton post.
Enfin, la confrontation des idées, évidemment. Pourvu qu'il y ait des idées au-delà des slogans.
Merci pour ton point de vue et l'éclairage complémentaire que tu as apporté à ton article.