ArcelorMittal: quand certains élus MR liégeois se détachent de leur cheffe de groupe

Publié le 26 Janvier 2013

ArcelorMittal: quand certains élus MR liégeois se détachent de leur cheffe de groupe

L'annonce de la fermeture de 6 lignes du froid et de la cokerie par ArcelorMittal a fait l'effet d'une bombe dans le bassin liégeois. Le coût social est lourd: 1.300 emplois passent à la trappe. Vous l'aurez remarqué depuis lors: les déclarations politiques n'ont cessé de se multiplier. Et c'est parti dans tous les sens: des insultes à Mittal himself à la rupture de confiance, de la nationalisation à la reprise par le privé, sans oublier l'obligatoire solidarité avec les travailleurs. Les interviews de politiques furent légion. Et ne parlons pas du nombre important de communiqués de presse reçus.

Mais un dénote particulièrement: celui envoyé par Christine Defraigne, cheffe de groupe MR au conseil communal de la Cité ardente. Cette dernière entend déposer une motion ce lundi soir lors de la séance mensuelle du conseil. Parmi les points de cette motion, l'éventualité d'une nationalisation est clairement évoquée. Surprenant pour une élue MR.

Et les réactions n'ont pas tardé à ce sujet! Ainsi Michel Péters, jamais avare de commentaires, a posté ceci sur son mur Facebook: "Certains s'étonnent que le "MR Liège" veuille nationaliser MittaL. Moi aussi je m'étonne... de ne pas avoir été consulté sur l'opportunité d'une telle motion au conseil communal, et ensuite sur contenu de la proposition. Que ce soit clair, je ne voterai pas une motion qui fait une telle proposition absurde. Moi, je suis LIBERAL, pas racoleur !" Le ton est donné.

Et il semble que les choses n'en soient pas restées là. Une réunion du groupe libéral liégeois a eu lieu ce samedi matin. Selon nos informations obtenues à bonne source, il semble que le ton est monté lorsque cette motion a été abordée. Certains élus ont ainsi fait part de leur malaise par rapport à ce texte, la nationalisation n'étant pas dans leur philosophie politique. "On peut entendre la solution d'un portage temporaire en vue d'attendre un repreneur. Mais pas la nationalisation, ce n'est pas notre philosophie politique", confie Diana Nikolic, conseillère MR.

Du coup, la motion imaginée ne sera pas déposée par l'ensemble du groupe MR, mais uniquement par la cheffe de groupe Christine Defraigne. De quoi déminer quelque peu la situation en interne afin d'afficher un semblant d'appaisement sur les bancs du conseils.

Il est de toute manière probable que le bourgmestre Willy Demeyer demande aux différents chefs de groupe de se mettre d'accord sur un seul texte commun à faire ratifier par le conseil afin que Liège parle d'une seule voix.

Michel Péters, lui, va encore plus loin et juge le concept de motion ridicule. "Je remets - avec d'autres - le principe même d'une motion en cause. Sincèrement, quand Mittal snobe un Premier ministre, que peut faire un conseil communal ? La compassion pour les familles, c'est bien le moins que l'on puisse faire. Pourquoi l'écrire dans une motion?", se demande l'élu réformateur.

Le président d'arrondissement du MR, Philippe Dodrimont, a lui aussi lancé son petit coup de gueule par rapport à cette motion: "Ce matin en buvant mon thé, j'ai failli m'étrangler en lisant certaines déclarations d'une élue de mon parti imaginant la "nationalisation" d'ArcelorMittal comme solution au drame vécu dans notre bassin sidérurgique... Je suis intrigué quand on sait qu'il s'agit de la thèse défendue par le PTB+..."

Effectivement Raoul Hedebouw, leader du PTB+ à Liège, n'a pas manqué de souligner ceci: "Incroyable: la motion introduite par le MR au conseil communal de Liège demande la nationalisation d'ArcelorMittal alors que la motion du PS ne la demande pas..."

Bref, on l'aura constaté, il y a eu une rupture au sein du MR liégeois ce week-end, quoi qu'en disent les intéressés. Mais la sénatrice peut malgré tout compter sur le support indéfectible de Louis Maraite, qu'elle a "recruté" sur sa liste et qui a d'ailleurs été élu. "Je voterai la motion de Christine Defraigne parce qu'elle reprend point pour point la position défendue par Charles Michel, par Didier Reynders et encore par Willy Borsus ce matin sur la première. Et si Michel Peters ne veut pas voter la motion, il pourra s'abstenir au Conseil communal puisque le vote sera sans doute nominal. C'est son choix et il est respectable. Je crois que les crispations locales de certains provoquent des trous de mémoire : n'était-ce pas Serge Kubla qui a nationalisé la FN ? Qui, au passage, ne s'en porte pas trop mal, que je sache", réagit-il ainsi.

Affaire à suivre ce lundi soir au conseil communal liégeois.

Proposition de motion déposée par Christine Defraigne, cheffe de groupe MR.

Rédigé par Gaspard Grosjean

Publié dans #MR, #Politique, #Liège

Commenter cet article

Gas 28/01/2013 18:51

Désolé Bygalow, mais étant responsable des commentaires du site, je ne peux laisser des commentaires à caractère diffamatoire (et dire que qqun est d'extrême-droite, ça l'est). rien n'empêche cependant de commenter de manière moins "hard" dirons-nous.